L’opérateur wallon divise par trois le prix de l’option qui permet d’atteindre la vitesse de téléchargement de 1 gigabit par seconde. Bruxelles est désormais couverte. Le déploiement pour le reste de la Wallonie va s’accélérer.

En 2023, un client sur deux de Voo pourra accéder au Gigaboost. Au prix de 5 euros par mois, l’option devient particulièrement intéressante, notamment vis-à-vis des tarifs pratiqués par Proximus pour sa fibre. En effet, l’opérateur historique demande, lui, un supplément de 11 euros par mois pour accéder au 1 gbps en téléchargement.

Liège, Wavre, Charleroi et plusieurs communes rurales sont déjà concernées : Anthisnes, Aywaille, Beauvechain, Berloz, Braives, Burdinne, Comblain-au-pont, Donceel, Engis, Esneux, Faimes, Geer, Héron, Incourt, Jalhay, Marchin, Modave, Nandrin, Sprimont, Stavelot, Verlaine et Villers-le-Bouillet. Les communes bruxelloises desservies par Brutélé (VOO) auront accès au Gigaboost dans les semaines à venir (on parle de juin 2022) : Saint-Gilles, Ixelles, Uccle, Auderghem, Evere, Woluwe-St-Pierre.

Voo n’a pas communiqué la sélection des communes qui profitera bientôt du Gigaboost mais les choses vont visiblement évoluer rapidement.

Le Giga commence à se déployer en Belgique plus franchement : en dehors du câble, Mobile Vikings a annoncé cette semaine une offre à 1 Gbps et 500 Mbps (upload).

Dossier à suivre !