Cette fois, c’est fait : l’autorité belge de la concurrence vient d’autoriser l’acquisition de Mobile Vikings par Proximus. Guillaume Boutin l’affirme sur Twitter : l’ambition est de faire du MVNO un leader auprès des jeunes. 

Période faste pour l’opérateur : une augmentation des quotas de données a été annoncée récemment, suivie par l’introduction de l’eSIM cette semaine. On attendait toutefois que la fumée blanche se dégage pour annoncer le mariage entre Mobile Vikings et Proximus.

Les autorités de la concurrence ont donné ce mercredi leur feu vert à cette acquisition, après plusieurs mois de délibérations. La transaction s’élève à 130 millions €. L’an dernier, Mobile Vikings a généré 50 millions de revenus et un EBITDA de 15 millions.

Les bans ont été publiés ce 2 juin, les préparatifs peuvent donc commencer : « la mise en œuvre des premières synergies est attendue au cours du premier semestre 2022« , précise le communiqué officiel de Proximus, qui évoque également le rapatriement des clients JIM Mobile.

Pour ses 13 ans, Mobile Vikings s’offre donc un 3e transfert. Après avoir démarré en tant qu’opérateur virtuel de BASE, l’opérateur battait pavillon Orange depuis juin 2019. Bientôt, l’entreprise basée à Hasselt sera reliée au réseau de Proximus.

logo de proximus et Mobile Vikings

Le CEO de Proximus s’est fendu d’un tweet enthousiaste à l’idée d’accueillir une marque capable de fédérer une clientèle plus jeune. Il faut dire que, pour Proximus, l’objectif est double. D’une part, populariser la marque Mobile Vikings dans le sud du pays. De l’autre, offrir à un public jeune et friand de données des abonnements et des formules adaptées, moins chères et plus transparentes. Une mission confiée en interne à la marque EPIC, laquelle peine à atteindre une masse critique. Ses jours sont-ils désormais comptés ?

Mobile Vikings devrait continuer d’opérer de manière isolée des Tours Proximus. L’objectif est de conserver à la fois la marque et l’esprit start-up de la filiale, à l’image de ce qui a été accompli avec Scarlet.

« Rien ne change » pour le client

Les abonnés Mobile Vikings seront transférés vers le nouveau réseau sans tremblement et sans même changer de carte SIM dans les mois à venir. La date n’est pas encore fixée, mais il ne faut pas s’attendre à un déménagement improvisé (le précédent a mis près d’un an à être réalisé).  Pour l’instant, Mobile Vikings utilise la plateforme technique de Transatel.

Pour les clients, cette nouvelle transition pose un certain nombre de questions, auxquelles cette page tente d’apporter des réponses. On y apprend que les prix ne vont pas augmenter, que des offres couplées avec smartphones sont désormais envisageables, tout comme des offres à internet fixes. Le texte vante également la qualité du réseau 3G et 4G de Proximus, sans toutefois évoquer la 5G, dont le déploiement est au point mort en dehors de la Flandre (à ce niveau, rien ne devrait vraiment évoluer avant 2022 dans notre pays). Les FAQ annoncent également, sans autre précision, une augmentation de la vitesse de téléchargement. Les technologies VoLTE et VoWIFI sont-elles également sur la table ? Pas un mot.  Youfone, qui vient de débarquer sur le marché belge via Proximus également, les a intégrées immédiatement.

Reste à observer quelles seront les réactions des autres opérateurs face à cette nouvelle offensive de Proximus auprès d’une clientèle jeune et branchée. VOO déploie depuis plusieurs mois la marque Zuny et Telenet semble vouloir déployer plus fortement son offre Tadaam. La réaction d’Orange reste attendue : une opération de glisser-déposer de SOSH semble toute trouvée. Problème : elle ne parlerait qu’aux seuls francophones.